Sortir ici et a
Aix en Provence, Grand Théâtre de Provence : Magdalena Kozena et l'orchestre de l'âge des lumières le 15 février 2019

Pierre Aimar

Dirigé depuis sa création par de prestigieux chefs tels Gustav Leonhardt ou Sir Simon Rattle, l'orchestre aborde le répertoire du siècle de Haydn en retrouvant sa vivacité chambriste originelle, la pétulance de ses contrastes qui plongent le spectateur dans l'atmosphère des salons musicaux et des scènes intimistes.

Surnommée parfois la « Cecilia Bartoli tchèque », eu égard à la finesse de son timbre et la sensibilité de son jeu scénique, la mezzo Magdalena Ko?ena interprète plusieurs airs de Gluck, compositeur allemand qui instilla dans les années 1750 le renouveau de l'opera seria vers un drame plus naturel et moins d'extravagante virtuosité. Son aspect le plus poignant se retrouve aussi dans la Danse des Furies de son Orfeo, intermède instrumental orageux et trépidant qui sonne encore baroque. En contrepoint à Gluck, figurent deux airs de Mozart qui, paradoxalement, demeurent fidèles à la tradition italienne que son aîné rejetait. En particulier Parto parto, air à l'origine pour castrat d'une grande vélocité, constitue dans La Clémence de Titus l'un des sommets mélodiques de l'art mozartien. La voix, louvoyant entre douceur et véhémence, concerte avec un magnifique solo de clarinette. Le concert s'achève par la célèbre Symphonie n°40, composée en 1788, aux accents expressifs transfigurés par une instrumentation riche en vents, déjà préromantique.

Orchestra of the Age of Enlightenment
Direction Giovanni Antonini
Mezzo-soprano Magdalena Kozená

Programme
Christoph Willibald Gluck
Orfeo et Euridice, Danse des furies
Scena di Berenice
Se mai senti from Clemenza di Tito Parto
Di Questa certa in seno from Parnaso
Confuso

Wolfgang Amadeus Mozart
Giunse alfin il momento/Al desio di chi t'adora des Noces de Figaro
Parto Parto de La Clémence de Titus
Symphonie n°40 en sol mineur

Pratique
Vendredi 15 février à 20h
Grand théâtre de Provence
Rens / Resa : 08 2013 2013


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :