Sortir ici et a
Le suspendu de Conakry, de Jean-Christophe Rufin, Flammarion et Folio

Pierre Aimar

On connaît Rufin, et sa langue, et son style.. ; et son genre. Eh bien cette fois ci, il change. Il nous emmène à Conakry, en compagnie de son nouvel antihéros à la Colombo. Aurel Timescu transformé d’ailleurs aussitôt en un improbable et anachronique personnage et bientôt en héros émérite.
Façon Colombo, il porte un imperméable, divers imperméables- dur dur quand on vit à Conakry et qu’il fait 30°,  et il observe et renifle autour de lui avec passion. N’oublions pas qu’il aime aussi en vrai roumain le Tokay, ce fameux vin blanc délicieux qui porte les saveurs du pays et participe à l’essence de l’être humain en exil.
Si le héros est tout entier retenu par les fils de sa nationalité- roumaine-, qu’il est tout aussi remarquable par son incapacité à l’adaptation aux climats et aux costumes divers, c’est un grand émotif souvent au bord des larmes et infiniment sensibles à la présence féminine… lorsqu’elle lui plaît. . Notons que l’auteur prend un malin plaisir à détailler plus que nécessaire les divers attributs, hétéroclites et colorés dont se pare le héros qui obéit pour se vêtir à une logique (?) connue de lui seul.
Il ne reste plus alors- c’est déjà fait- qu’à mettre en héros de film, ce zigoto- olibrius-hurluberlu dont on peut par avance sourire.
Belle évocation dans la plus pure observation à la Rufin de ce monde trouble et équivoque qui entoure et étouffe les ambassades et autres services des douanes, dans ces pays proches- qui trônent pourtant au bout du monde !
Jacqueline Aimar

Feuilletez un extrait


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :


Edité par Sortir ici et ailleurs
N° Siret : 830 705 273 00019
8, allée des Marronniers - 07500 Guilherand-Granges
Directeur de la publication : Pierre Aimar