Sortir ici et a
Paris, théâtre du Lucernaire : Que je t’aime ! courrier du cœur, de et avec Clémence Massart, mise en scène Philippe Caubère, du 12/12/18 au 9/2/19

Pierre Aimar

Quand ton corps sur mon corps, lourd comme un cheval mort...

Jeunes filles, femmes mûres, vieilles dames, toutes les générations se sont adressées aux courriers du cœur des magazines féminins dans les années 50/60. Clémence Massart s’empare de ces lettres et nous offre des tranches de vie, hilarantes, émouvantes, témoignage de ces temps d’avant la pilule, la loi Veil et surtout d’avant 68.
Mais pour ce qui est des ignorances et des inquiétudes en matière « d’amour », peu de choses ont changé. Et ces lettres, venant d’une époque révolue, n’en sont que plus touchantes et plus drôles.

Note d’intention de Clémence Massart, l’auteure
Lorsque ce spectacle a été créé en juillet 1995 au Théâtre des Carmes d’Avignon, j’étais loin de penser pouvoir le rejouer 23 ans après. Puis, à la lumière de la nouvelle « parole libérée des femmes » (et de ses dérives…!), l’occasion m’est donnée aujourd’hui de rejouer ces lettres des années 50/60. En effet, elles résonnent singulièrement. Écrites au crayon ou au stylo bic, leur langage paraît vieillot, désuet, voire kitch, mais ce n’est que la forme qui a changé, ou la manière, car aujourd’hui, leurs questions, leurs confessions et leurs aveux demeurent les mêmes. Finalement, pour ce qui est des ignorances et des inquiétudes en matière « d’amour », et… de la « carrière » qu’il induit, peu de choses ont changé. Et ces lettres, témoignage d’une période révolue, en sont encore plus touchantes et plus drôles.

Note d’intention de Philippe Caubère, le metteur en scène
En 1995, lors de la création de Que je t’aime !, j’avais écrit :
« Lorsque Clémence m’a dit qu’elle avait l’intention de créer un spectacle à partir de ces lettres de femmes, sur lesquelles j’étais tombé par hasard, elle a ajouté : « Tu m’aideras,hein, Budu ? » L’air de dire : « Moi qui t’ai aidé pour ta Danse du Diable et ton Roman d’un Acteur… » Chose entendue, je me suis efforcé de l’accompagner dans le choix et l’agencement des lettres, des chansons, des déplacements, des rythmes de jeu et des éclairages. J’ai tenté de l’aider à franchir ces étapes en lui évitant les chasses-trappes, les impasses, en lui suggérant des raccourcis ou au contraire des dérives, toutes ces choses auxquelles les quinze années d’écriture du Roman d’un Acteur m’avais habitué. Tout cela en m’interdisant de ne jamais intervenir dans ce qui fait le cœur même de ce spectacle et sa raison d’être : les idées, les images et les choix de Clémence. C’est que l’auteur ici, au sens plein du terme, et quel que soit le charme de ces lettres anonymes et merveilleuses, c’est l’actrice . Au fond , la plus belle réussite de cette « mise en scène » serait qu’on l’oublie au profit de la comédienne. Du phénomène.

- 23 ans après, je n’ai pas un mot à retirer et fort peu à rajouter. Sauf que c’est encore mieux. L’âge, cet épouvantail des acteurs et, bien sûr, des actrices, ne fait que bonifier et éclairer mieux encore la prestation de la comédienne. Le contexte politique, cette fameuse « révolution » féministe donne à la « parole libérée » par ces lettres des années 50 ou 60 une force qu’elle n’avait peut-être pas encore tout à fait en 95. En tous cas un regard sur les choses plus cruel et lourd de sens. Mais toujours aussi poétique. Ce qui est essentiel. Car le théâtre est un art. Or, comme tous les artistes : peintres, écrivains, musiciens ou sculpteurs, les acteurs, les actrices ont besoin de temps, de beaucoup de temps, pour devenir eux-même. Pour trouver le sens aussi bien que la manière, je veux dire le style, de leur art et peut-être aussi, tout simplement, de leur vie. Pourquoi ont-ils, ont-elles, à un moment donné fait ce choix ? C’est sans doute quand on a compris ça qu’on peut commencer à vraiment « rayonner ». Et Clémence rayonne, c’est le moins que l’on puisse dire. Je voudrais que toutes les gamines, les adolescentes, les jeunes femmes autant que les vieilles, celles qui ont notre âge, viennent rire à la voir incarner ses multiples personnages et pleurer à l’entendre chanter ses chansons tragiques. Elles en tireront, je le sais, une leçon unique. Celle que seul le théâtre peut donner quand il s’en donne la peine : la leçon de la vie. Mais pour ça, il faut l’avoir traversée, reçue, affrontée, combattue et domptée. Alors, le talent et l’esprit font le reste. Venez voir Clémence, vous ne l’oublierez jamais.

Les rencontres du vendredi
Tous les vendredi soir, le Lucernaire vous donne rendez-vous pour prolonger votre expérience de spectateur autour d’un verre. Rencontre avec l’équipe artistique le vendredi 18 janvier 2019 à l’issue de la représentation, avec la participation de Philippe Caubère
L’agenda des rendez-vous du vendredi : www.lucernaire.fr

Pratique
Du 12 décembre 2018 au 9 février 2019 à 21h du mardi au samedi
Réservations : 01 45 44 57 34 et www.lucernaire.fr

Théâtre Le Lucernaire
3 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :